Syndrome de Wonder Woman, ou l’importance de prendre du temps pour soi

Je reviens vers vous aujourd’hui avec un nouvel article, le premier depuis plusieurs mois. Et, alors que mon planning éditorial m’indique un sujet qui prend la suite de tous les précédents, j’avais envie de vous parler un peu du temps.

Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux savent peut-être qu’avec mon cher et tendre, nous avons acheté une maison il y a quelques mois. C’est un endroit merveilleux, qui a fait pétiller mes yeux dès la première visite. Un coin de campagne en ville, à 2 pas du quartier dans lequel nous vivions et que j’aime tant. Mais c’est aussi une vieille dame centenaire qui a besoin qu’on prenne soin d’elle et qu’on y fasse des travaux.

Alors, depuis Mai, on fait des travaux ! Et la crise du Covid étant passée par là à peu près au même moment, il faut mettre les bouchées doubles pour faire sortir la tête de l’eau à ma petite entreprise encore bien jeune.

Vous allez me dire « Ok, et c’est quoi le rapport avec le Retour à l’Essentiel ? ». Eh bien, on y arrive doucement, vous allez comprendre !

Qui dit crise économique dit chiffre d’affaire en jolie baisse, et dit donc travailler plus pour redresser la barre. Couplé aux travaux de la maison, ça donne vite des journées à plus de 12h, 7 jours sur 7. Et au début, pleine d’enthousiasme et de joie, je me suis dit « Ouais, t’inquiète, ça passe ! ». Puis on sent la fatigue, les douleurs, on garde le cape : « Ça va le faire, je me reposerai après. ». Et puis les contrats commencent à revenir et on se retrouve à faire des travaux jusqu’à 22h et à bosser jusqu’à 3h du mat’ pour tout gérer, bien contente que l’activité se relance.

Mais un matin, SURPRISE!! (ou pas, finalement) : on ne peut plus ! C’est les nausées, les douleurs, les bouffées de chaleur au moindre effort, les vertiges. Un genre de vilaine ménopause de la trentaine, à base de fatigue plutôt que d’hormones. Et là, un peu trop tard, on se dit qu’il faut lever le pied. Petit coup d’oeil à l’agenda, le verdict tombe : pas de créneau libre avant un mois. On serre les dents en se disant que ça va le faire, mais la ligne d’arrivée semble encore tellement loin, chaque jour est compliqué.

Nous ne sommes pas des Wonder Womans ! (même si, clairement, on aimerait)

Alors, si je vous raconte tout ça, ce n’est pas pour me plaindre mais bien pour vous passer un message, parce que je sais que nous sommes beaucoup à gérer des journées à 1000 à l’heure : nous ne sommes pas des Wonder Womans ! Le quotidien nous pousse régulièrement à essayer de l’être, mais le verdict est bien que ça finit régulièrement par nous revenir dans la figure.

Et, soyons honnêtes : croiser son reflet blanchâtre, plein de cernes et avec quelques kilos en trop au détour d’un miroir, c’est pas la joie ! Pas bon pour le moral, pas bon pour la santé. En plus de se sentir fatigué, on ne se sent pas bien dans son corps, on est vidé, parfois même en colère contre soi d’avoir fini le paquet d’apéro alors qu’on n’a pas le temps d’aller à la salle de sport et qu’on en est déjà au 5ème kilo de surplus sur la balance…

C’était le message de mon chéri hier soir. Grosso modo : « Tu ne peux pas tout faire ! Journée = boulot, week-end = travaux et repos. Entre temps tu te reposes. »

Et il a tellement raison dans le fond ! Nous ne sommes pas des Wonder Womans (ça s’applique à vous aussi messieurs), même si clairement on aimerait…

Repenser ses priorités

C’est pour ça que je voulais vous parler du temps aujourd’hui. Il est 9h26, je suis en pyjama dans mon canapé en train de vous rédiger cet article qui doit sortir sur le blog à 10h tapantes. Pourquoi si tard ? Pourquoi au dernier moment ? Absolument pas parce que je n’avais pas l’inspiration ou pas l’envie, bien au contraire ! Ne pas pouvoir écrire sur le blog ces dernières semaines a été difficile pour moi, comme un rendez-vous manqué chaque lundi.

Si j’écris si tard cet article, c’est simplement parce que j’ai travaillé tout le week-end, comme si nous étions en semaine, et que je n’ai pas eu le temps. Ou pas pris le temps, au final, puisque tout est une question de priorité.

Ces dernières semaines, j’ai fait passer en priorité mon travail et les travaux de ma maison, les besoins de ma famille, de mes clients, et j’ai un peu oublié que moi aussi, j’étais là et j’avais des besoins.

Et ça s’applique à tout le monde : repensez vos priorités et mettez-vous sur la liste, vers le haut de préférence, pas tout en bas et en tout petit ! Vous êtes la base de votre monde, si vous vous écroulez, comment est-ce que vous ferez pour poursuivre votre quotidien ?

Ca me fait penser aux avions, où on vous demande de mettre votre masque à oxygène en premier pour pouvoir aider les autres ensuite, parce que si vous n’avez plus d’air, vous êtes hors service et vous ne pouvez pas aider.

Bin au quotidien, c’est un peu ça aussi, avec les deux pieds sur terre.

Mesdames (et messieurs), prenez soin de vous, gardez-vous du temps

Tout ça pour vous dire : mesdames et messieurs, prenez soin de vous ! Donnez-vous du temps. Du temps pour vous, pour dormir (pas juste 4h pour éviter de tomber au boulot), pour sortir, pour lire, pour prendre soin de vous et, pourquoi pas, pour ne rien faire.

Repensez à ces heures passées à rêver, à créer des mondes imaginaires étant enfants. Redevenez cette âme rêveuse.

Prenez du temps pour aller vous promener, pour vous émerveiller, pour rencontrer des gens, faire de la photo, écrire, passer du temps avec les gens que vous aimez, et leur dire que vous les aimez !

Prenez du temps pour vivre, au final ! Pas pour juste survivre en mode métro/boulot/dodo mais bien pour profiter de toutes les merveilles du quotidien.

Pour ma part, j’ai décidé que mon moment à moi, ce serait l’aquarelle, seule dans mon bureau le soir. Aucun rapport avec mes activités professionnelles, je peux déconnecter quelques instants.

Et vous, comment faites-vous pour vous accorder du temps et prendre soin de vous ?

Photo by Denys Nevozhai on Unsplash

One Reply to “Syndrome de Wonder Woman, ou l’importance de prendre du temps pour soi”

  1. Joli coup de crayon!
    Et oui prendre son temps c’est aussi gérer son temps mais çà on commence tout juste à le comprendre, donc pour apprendre il va en falloir du temps.
    Comment je prend mon temps?, je donne des priorités comme tout le monde: ce qui est facile à faire est fait en premier et ainsi de suite en fonction de la difficulté des tâches, le plus dur étant de respecter ce principe.
    Le jardinage est un moment où tu est en phase avec le temps de la nature, les ballades en VTT mais pas seul car tu veux toujours faire un temps, avec des amis, des enfants , ton chien, si tu es toujours devant il faudra bien prendre le temps d’attendre quelqu’un pendant le parcourt.
    J’ai plus le temps mon avion ne va pas m’attendre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *