Rencontre : Les Paniers Bio d’Orléans

J’avais envie, depuis quelques mois, de vous proposer une nouvelle rubrique « Bonnes adresses ». Dans cette rubrique, je vous présenterai une fois par mois un projet, une adresse, un entrepreneur dont les valeurs sont en adéquation avec celles du blog.

Pour cette toute première édition, je vous emmène à la rencontre de Brice et de son beau concept : Les Paniers Bio d’Orléans.

Si j’ai choisi de commencer par les Paniers Bio d’Orléans, c’est parce que Brice est, tout comme moi, en couveuse d’entreprise pour développer son projet. Et SURTOUT, parce que je lui fais confiance chaque semaine, presque depuis mon retour à Orléans, pour manger de bons légumes, bio, locaux et de saison ! De bons produits, une bonne ambiance, une recherche constante de qualité; que demander de mieux ?

C’est parti pour un petit questions/réponses :

Bonjour Brice ! Peux-tu nous dire en quelques mots qui tu es ?

Eh bien, j’ai 32 ans, je vis à Orléans avec ma femme Fanny, qui est ouvrière agricole sur une exploitation maraîchère du nord d’Orléans. J’ai grandi à la campagne, que j’ai quittée à 18 ans pour mes études, que j’ai effectuées à Orléans.

Peux-tu nous expliquer le concept des Paniers Bio d’Orléans ?

Il s’agit de paniers personnalisés de produits biologiques. Je propose des fruits, légumes, pains et fromages de provenance locale. Il n’y a pas d’abonnement, pas d’engament ni de minimum de commande. Chaque semaine, les personnes qui le désirent commandent, par internet, ce qui leur fait envie, parmi l’offre des producteurs partenaires comme elles le feraient au marché. Je confectionne les paniers à la demande, et les clients retirent leur commande en point relais le vendredi ou le samedi. Le  panier peut donc être variable toutes les semaines. Les livraisons s’étendent du mois d’avril à la fin janvier. De février à avril, les producteurs sont dans la « trêve hivernale ». Cela ne veut pas dire qu’ils ne travaillent pas, mais c’est la période de l’année où les cultures sont toutes terminées ou presque, les récoltes de conservation (betteraves, choux, céleri…) épuisées. Les maraîchers sèment, plantent… pour la saison suivante. Le peu de production qu’ils ont, ils la gardent pour leurs ventes directes : marchés, AMAP ou vente à la ferme. 

Quand as-tu lancé ton projet ?

La première saison à débuté en avril 2019. Mais le projet a réellement débuté avec une « pré-saison » de test (d’août 2018 à janvier 2019) auprès des habitants de mon immeuble pour prendre la température, voir les attentes des gens et m’y adapter. Cette période m’a aussi permis de me sentir plus à l’aise pour le grand saut que représentait le lancement de cette première saison.

Quelles sont les valeurs de ton projet ?

Le projet des Paniers Bio d’Orléans s’articule autour de plusieurs valeurs :

Proximité locale et humaine : je travaille avec des producteurs locaux (Chanteau, Semoy, Checy, Saint-Hilaire Saint-Mesmin…) dont je connais la philosophie et les pratiques.  J’ai réussi à créer une vraie relation de confiance avec eux et je prends beaucoup de plaisir à me rendre sur leurs exploitations et à échanger sur leur travail-passion. Certains sont même devenus des amis.

J’ai beaucoup appris sur le métier d’agriculteur et sa grande complexité. J’ai un grand respect pour les producteurs qui nous nourrissent chaque jour. Je peux ainsi transmettre mes connaissances et informer mes clients pour qu’ils comprennent les enjeux de leur consommation, son pouvoir et ses impacts (positifs comme négatifs).

Cette proximité a l’avantage d’en servir deux autres, qui sont la fraîcheur et la qualité des produits que je propose.

La saisonnalité est aussi très importante à mes yeux. On a l’habitude d’avoir tout à disposition et tout le temps (surtout dans les grandes surfaces, mais aussi en magasins spécialisés), mais cela se fait au détriment du goût, de la qualité nutritive des produits et, bien sûr, de l’environnement quand il faut transporter des denrées sur de grandes distances ou chauffer des serres à l’énergie fossile pour cultiver toute l’année des produits « hors-saisons ».

La convivialité : il est important pour moi de travailler dans les meilleures conditions possibles et de transmettre une bonne ambiance autour de moi. Cela vaut pour mes partenaires (producteurs, collaborateurs, accompagnants,…), mais aussi pour mes clients.

Enfin, la solidarité. Il existe une culture de l’entraide dans le monde agricole et elle en assure la résilience. Je ne négocie jamais les prix avec les producteurs, qui les fixent eux-mêmes en fonction de leurs coûts de productions réels. Cette solidarité se retrouve également dans le volet social de l’entreprise, puisque pour l’instant, 100% du personnel est en situation de handicap.

Le retrait des commandes s’effectue le vendredi soir et le samedi à l’Eco Bocal, une épicerie vrac et bio du centre ville d’Orléans. Etait-ce important pour toi que le retrait de tes paniers se fasse dans un commerce qui partage tes valeurs ?

Oui, Il faut être cohérent si on veut être crédible. J’ai rencontré Xavier (le gérant de « l’Eco Bocal ») peu avant l’ouverture de son magasin, dont il m’a alors expliqué la philosophie. Petit à petit, nous avons fait connaissance et nous sommes sur la même longueur d’ondes. Il partage les mêmes valeurs que moi et nous sommes devenus amis. Notre clientèle est sensiblement la même, elle recherche la même chose : des produits de qualités et une réelle éthique. Une fois de plus, la solidarité a joué et il a accepté d’être mon partenaire pour m’aider à me lancer. Il m’a beaucoup inspiré, soutenu et je lui dois beaucoup. 

L’autre avantage de cette collaboration est que les personnes qui prennent des paniers peuvent continuer leurs courses dans le même lieu (épicerie sèche, produits laitiers, produits ménagers et cosmétiques, articles zéro déchet, …). Connaissant très bien le magasin et ses produits, je peux les conseiller et les orienter. D’un autre côté, Xavier peut faire la promotion des paniers dans son magasin en mon absence. Nous travaillons en bonne intelligence et je pense que les clients le ressentent.

Quel est ton parcours universitaire / professionnel avant les Paniers Bio ?

Après des études de gestion, j’ai travaillé un peu dans le milieu bancaire. Je me suis longtemps cherché et j’ai eu par la suite beaucoup d’expériences dans différentes structures, privées comme publiques (mairie, éducation nationale, courtage en assurances, agence de l’eau, …). Petit à petit, j’ai cherché des missions avec plus de sens. J’ai d’abord travaillé avec les enfants (éducation/animations populaires dans des quartiers sensibles, auxiliaire de vie scolaire). 

Pourquoi as-tu décidé de « changer de vie » et de lancer les Paniers Bio d’Orléans ?

J’étais toujours frustré de devoir faire les choses d’une manière qui m’était imposée. Je devais souvent brider mes valeurs et surtout ma personnalité. J’ai donc commencé à envisager une reconversion pour faire ce qui me semblait juste, sans contraintes hiérarchiques contraires à mes aspirations. J’avais décidé d’abandonner définitivement le salariat, qui ne convenais absolument pas à mon tempérament, ni à mon fonctionnement.

A l’époque, ma femme était étudiante dans le secteur de l’agriculture, en master pro. Elle a ensuite passé et obtenu un brevet professionnel « responsable d’exploitation agricole » qui permet de s’installer. Elle est aujourd’hui salariée sur l’exploitation qu’elle va reprendre en association avec une collègue et amie. Je l’ai suivie dans ce projet, qui va au-delà de considérations professionnelles mais est réellement un projet familial, puisque nous pensons, à terme, nous installer sur l’exploitation agricole.

Compte tenu de mes problèmes de santé, j’ai dû anticiper en amont pour ne pas me lancer dans un projet que je ne pourrais pas tenir sur la durée. J’ai donc travaillé 6 mois dans une association œuvrant pour l’accompagnement et l’insertion professionnelle de personnes en situation « précaire » par le biais de la production de légumes issus de l’agriculture biologique. L’association propose de la vente directe et un abonnement, comme ceux des AMAP, à un panier de légumes bio, toutes les semaines, sans possibilité de choix sur le contenu du panier. Les retours des clients sur cet aspect contraignant de panier à prix et quantité fixes m’ont poussé à réfléchir à un modèle nouveau, dans lequel les paniers sont confectionnés à la demande. Choix des produits et des quantités ! Cela évite le gaspillage avec ce qui n’est pas à notre goût ou que nous ne savons pas cuisiner. On peut adapter les quantités selon la semaine (par exemple si on reçoit des invités ou si on part en vacances).

J’ai donc décidé de me lancer sur ce créneau où il y avait de la demande et pas de concurrents. Je suis, à ma connaissance, le seul sur la métropole orléanaise à proposer ce système en bio, local et solidaire.

Comment envisages-tu l’avenir pour les Paniers Bio d’Orléans ?

Je suis actuellement en couveuse d’entreprise. Cela signifie que je ne me rémunère pas (je touche encore le chômage), mais que je suis accompagné de près par des professionnels de l’entreprenariat dans les domaines de la comptabilité, du marketing et de la communication.

Les Paniers vont en sortir en juin 2020, pour une immatriculation début juillet. Ils seront alors prêts à voler de leurs propres ailes.

Mon souhait est que le nombre de clients augmente afin que je puisse vivre de cette activité. Et me dégager un revenu décent, en cohérence avec mon temps de travail. Mais je souhaite que cela reste une petite entreprise, à taille humaine. Un nouveau jour de livraison pourrait être envisagé, en fonction de la demande et des possibilités logistiques.

Tout comme l’activité maraichère de ma femme, les Paniers sont voués à s’intégrer dans notre vie personnelle, afin de nous permettre de profiter au maximum l’un de l’autre, et de notre future vie de famille.

Notre devise n’est pas de travailler plus pour gagner plus, mais de travailler bien, avec plaisir, pour gagner ce qu’il faut et nous épanouir.

Si on veut en apprendre plus sur les Paniers Bio ou te contacter, où peut-on te retrouver ?

Vous pouvez retrouver toutes les informations concernant les Paniers Bio d’Orléans :

Et si vous voulez me rencontrer, vous pouvez passer à l’Eco Bocal (site web ou page Facebook pour plus d’informations) le vendredi de 17h à 19h30 en période de livraison. Ou me retrouver sur les salons (les dates sont annoncées sur la page Facebook des Paniers Bio d’Orléans).

Crédits photos : Les Paniers Bio d’Orléans

Un grand merci à Brice d’avoir accepté d’inaugurer la rubrique des Bonnes adresses ! Et de m’avoir accordé du temps pour la réalisation de cet article. N’hésitez pas à le contacter si son projet et ses produits vous intéressent !

Vous avez aimé cet article ? Partagez le

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *